HISTORIQUE :
La vibration d'une corde peut se faire par différents procédés : en la frottant (violons , violoncelles...), en la pinçant ou grattant (guitare, harpe, clavecin), en la frappant.
C'est le principe de production sonore du piano.

Un des ancêtres communs à ces instruments à cordes, vient d'afrique: l'arc musical. on retrouve au moyenne âge un des ancêtres du piano sous la forme du TYMPANON.
C'est un instrument de forme rectangulaire qui possède des cordes divisés en 2 par un chevalet et mises en vibrations par des mailloches en bois qui seront remplacées par un clavier au XIV siècle.
les touches sont alors directement reliées à des lamelles de laiton appelées tangentes :
le DOUCEMELLE ou CLAVICORDE qui va évoluer avec le remplacement des lamelles par des marteaux en PIANO FORTE vers les années 1700.

Cette évolution est né d'une volonté de concevoir un instrument alliant une grande expressivité comme le clavicorde, et une plus grande puissance sonore comme le clavecin.

Début XVIII : Bartoloméo CHRISTOFORI (italie) (facteur de clavicorde et de clavecin)  invente le piano forte avec un systeme d'étouffoirs, puis en 1726: il met au point "l'action double": la touche actionne un levier qui met en mouvement le marteau (mécanique pilote).
SILBERMAN (allemagne): perfectionne l'invention de CHRISTOPHORI et adopte un systeme libérant les étouffoires grace à la pédale forte (laisse résonner les harmoniques)
1760 ZUPE 1er piano carré (disparaitra fin XIXè) forme sous influence du Virginal
1773, STEIN (allemagne) finalise la mise au point de l'échappement: le marteau quitte la corde dès qu'il l'a frappé. le système d'échappement se généralise.
1786 ERARD (france, paris): mécanique à double pilote
1788: brevet de john BROADWOOD (angleterre) pour diviser le chevalet en 2 parties (graves et aïgus)
1794  ERARD  adopte le simple échappement et etrier (le marteau se libère du"pilote" tout près de  la corde). cela  offre une précision et une maitrise de l'intensité accrue mais pas  de possibilité de notes répétées rapides.
1800 1er piano droit par HAWKINS (Etats Unis et angleterre, inventeur) l'extrémité des cordes est au niveau du sol. (il sera appelé pianino, piano cottage...)
1812:  utilisation de cordes filées pour les graves par ERARD
1815 PLEYEL produit de petit pianos droits
1822 il invente le double échappement: les notes répétés rapides sont possibles (systeme incorporé en 1843 sur les pianos droits et perfectionné par Henri HERZ ( né allemand mais à vécu en france) en 1840)
1825  Le cadre métallique pour piano carré est inventé à Boston par Alpheus BABCOCK (Etats Unis), (auparavant des renforts en métal  était utilisés). il sera généralisé fin XIXè
1826 Jean Henri PAPE (né allemand, france): les marteaux sont recouvert de feutre en laine de mouton (auparavant en cuir)
1828 système de cordes croisées
         WORNUM (angleterre) produit des piano "cottage" (petit piano droit) à cordes croisées
1843: CHICKERING (Etats Unis), à Boston: brevet pour un cadre metallique de piano à queue, fondu d'une seule piece.
1843 ERARD créé le double échappement sur un piano droit
1844  pédale tonale (par Jean BOISSELOT (france, marseille)) et amélioré par STEINWAY en 1874 (etats unis, new york à partir de 1853 et également allemagne, Hambourg à partir de 1880). Appelée aussi pédale sostenuto sur les pianos à queue, elle permet de prolonger uniquement le son de la dernière note jouée en laissant levé l'étouffoir de celle-ci .
de 1930 à 1997 il n'y a pas eu d'évolution majeur
1997 la pédale harmonique  permettant de selectionner les étouffoirs libérés ou non:
L'apport du mécanisme harmonique est ainsi révolutionnaire car il permet le jeu staccato en maintenant tous les étouffoirs levés à l'exception des notes jouées, qui sont étouffées au relâchement des touches. L'auditeur remarque alors une réverbération qui enrichit le phrasé.
Ce mécanisme est matérialisé par une quatrième pédale indépendante et des étouffoirs inédits.

ÉLÉMENTS D'UN PIANO :
Clavier, généralement à 88 touches (7 octaves 1/4), muni d'un couvercle ; maintenant en acacia ou tilleul
d'un barrage, structure en poutres ;
Table d'harmonie, mise en vibration par les cordes par l'intermédiaire de chevalets ;
Cordes : une par note dans les graves, deux dans les notes intermédiaires, trois dans les aiguës. Les cordes d'aigus sont nues, les cordes de graves sont filées ;
Cadre métallique au-dessus de la table d'harmonie (sur les pianos à queue et devant pour les pianos droits)
Ceinture, coffrage entourant la table d'harmonie (pour les pianos à queue)
Couvercle s'ouvrant à 45° (pour les pianos à queue)
Mécanique de percussion ;
Pédales : le pédalier (lyre) ;
Pianino - mechanizm angielski.svg


(1) sommier de chevilles                                           (12)  touche
(2) cheville de sommier                                             (13) pilote de touche
(3) agrafe                                                                (14) chevalet
(4) vis du support de mécanique                               (15) poussoir d'échappement
(5) corde                                                                 (16) bouton d'échappement
(6) garniture d'étouffoir                                            (17) levier d'échappement
(7) lame d'étouffoir                                                  (18) tête d'attrape marteau
(8) noix de marteau                                                 (19) contre-attrape
(9) rail central ou sommier de mécanique                  (20) barre de repos des marteaux
(10) levier de soulèvement (pédale forte                   (21) tête de marteau)                 
(11) cuillere d'étouffoir

QUEL PIANO ? 
  • Piano-forte terme utilisé au début du piano (début XVIII) jusque vers 1820
  • Piano droit (depuis le XIX)
  • Piano d'étude (moins haut que le piano droit, aussi appelé piano de style épinette ou piano spinet)
  • Pianino
  • Piano à queue (jusqu'à plus de 3 m)
  • Piano trois-quarts-de-queue (jusqu'à 2,35 m environ)
  • Piano demi-queue (jusqu'à 2,11 m)
  • Piano quart-de-queue (jusqu'à 1,90 m environ)
  • Piano crapaud (piano à queue plus court (1M30)  que large (1M40))
  • Piano girafe (à queue verticale) début XIX
  • Piano pyramide
  • Piano harpe
  • Piano carré (fin XVIII et XIX), ou piano-table (piano rectangulaire, pouvant servir de table quand les couvercles sont fermés, prisé par la petite bourgeoisie au XIXe siècle
  • Piano de bateau, ou piano commode (piano droit à clavier basculant, pour un moindre encombrement)
  • Piano-pédalier
  • Piano mécanique
  • Piano électrique
  • Piano numérique
  • Piano silencieux
QUELQUES PIANOS D’EXCEPTION :
Le BÖSENDORFER "impérial" modèle 290 (290cm et 627 Kg): 97 touches au lieu de 88. année créé en 1900 sur une idée de BUSONI.
Le FAZIOLI F308: 308 cm, 690Kg (le plus imposant) créé en 1987
Le STEINWAY Grand concert créé en 1859: c'est le premier grand piano de concert (274 cm, 480 Kg).
  

Constructeurs et brevets :
ERARD en à déposé près de 100,
STEIWAY près de 125,
PAPE 137 brevets.

Au XIXè siècle, 30% de la recherche instrumentale a été consacrée au piano, suscitant presque deux mille brevets ! Le piano est l'instrument qui en a généré le plus en deux cents ans.


COMPOSITEURS ET LEURS MARQUES PRÉFÉRÉES :
  • Busoni et cortot recommandaient les Bechstein,
  • Chopin préférait les instruments Pleyel,
  • Lizt appréciait les Bösendorfer pour leurs robustesses et leurs qualités sonores,
  • Beethoven conseillait Graf et Erard,
  • Mozart jouait notamment sur un Baumann