piano a accorder

Le piano est un instrument complexe, aux capacités étonnantes, mais exigeant et fragile.

L’humidité, la température, sont des vecteurs qui sont déterminants pour préserver son piano.

Celui-ci se compose principalement de bois (70% : cadre, table d’harmonie, mécanique). Et également de métal (cadre, cordes) de feutre, cuir, tissu.

Il est composé d’environ 10 000 pièces !...

Le tout est issu d’une longue et riche évolution qui sera déterminante pour apporter de la puissance, une sonorité généreuse, des possibilités expressives, et techniques.

Aussi pour réaliser cela, l’exigence dans sa construction est extrême, particulièrement dans la minutie de ses assemblages pour maintenir ce colosse de puissance et de précision.

En effet il supporte entre 15 et 20 Tonnes de tension.
Une moyenne de 75 kg par corde (voir 120 pour les graves dans les grands pianos à queue).

Ses ajustements son au 1/100è de mm.

Il comporte environ 200 à 240 cordes et 88 touches.
Une mécanique complexe par note soit 88 complexités.

Le principe acoustique du piano est simple de prime abord :
une corde qui ne demande qu’à vibrer, un marteau lié à une mécanique  pour la frapper, le chevalet qui fait la liaison avec une table d’harmonie bombée qui recueille la vibration et la transcende, un cadre qui supporte la tension énorme et le tout dans un « meuble ».

Mais  cette juxtaposition d’éléments, de contraintes, de précision extrême fait que la moindre modification sur un des éléments du piano peut bouleverser sa sonorité, ses capacités expressives ou techniques, sa stabilité à long terme, voir  sa longévité.

Du fait des interactions des différents matériaux et de la fatigue du bois dans le temps, il faut des conditions les plus stables possible.

Et il y a 2 facteurs extérieurs à prendre en compte et à surveiller :

L’humidité et la température
  • L’hygrométrie (relation entre le degré de vapeur d’eau dans l’air et sa capacité maximale à en contenir ; ceci est aussi fonction de la pression et de la température). Celle idéale doit être comprise entre 45 et 65 %.
  • La température doit être entre 16 et 24 degré.
Et surtout, éviter toute variation brusque qui est un des pires maux !

L’hygrométrie excessive peut nuire :

A la précision
  • Touches lentes voir bloquée.
  • La mécanique peut se déformer (marteaux désaxés et lent, blocage…)
A la structure
  • Gonflement, déformation de la table d’harmonie d’où une influence.sur la sonorité
  • Les cordes peuvent rompre aux points de rouilles.
  • Les ressorts peuvent céder également.
A l’accord
  • Les chevilles en se bloquant rendent difficile voir impossible l’accord.
  • L’oxydation sur les cordes altère leurs capacités vibrantes.
  • En gonflant, la table d’harmonie modifie la pression sur les cordes et perturbe l’accord.
La sécheresse peut, elle, être encore plus radicale
  • Les chevilles peuvent n’être plus assez enserrées et ainsi ne plus pouvoir maintenir la tension : le piano est inaccordable.
  • Le bois risque de se fendre, notamment la table d’harmonie. Et les réparations compliquées, onéreuses.
  • Le vernis peut voir diminuer sa capacité de protection.
Aussi en utilisation régulière, on doit au piano quelques principes de protection :
  • Une pièce pas trop humide ni trop sèche.
  • Ne pas le placer près d’une source modifiant brutalement la température : feu, vitre, air froid… outre le changement brusque de température, la modification de l’hygrométrie est redoutable (assèchement, effet de serre,…). Si ce n’est pas possible, le protéger au mieux par un écran adapté.
Attention au placement :                                 
  • Éviter les murs extérieurs (paroi froide),
  • En tout cas, espacé d’au moins 10 cm du mur.
  • Positionnement stable (bien le caler).
  • Le protéger des courants d’air.
Soleil, ennemi intime : jamais de rayonnement direct sur le piano.
  • Il peut l’assécher exagérément.
  • Élévation brutale de sa température.
  • Détériore le fini et les qualités protectrice du vernis.

IMPORTANT ! si le piano est entreposé et non utilisé, l’installer dans une pièce saine. Grange à bannir ainsi que les greniers ! En effet, les dégâts risqueraient d’être irréversibles.

Pour une pièce trop humide :
  • Voir les possibilités de traiter le bâtiment lui-même (drain, revêtement extérieur adapté…)
  • Installation d’absorbeurs d’humidité (efficacité toute relative).
  • Placer un chauffage doux près ou dans le meuble (à 20°C  si 70% d’humidité, cela descend à environ 50% pour 25°C).
  • On peut chiffonner également du papier journal dans le bas du piano (le changer toute les semaines).
  • Changer de pièce si une autre est plus adaptée…
  • Ne pas arrêter le chauffage dans la pièce en cas d’absence !...

Si trop sec
  • Des plantes vertes (par leurs respirations) peuvent aider à maintenir une hygrométrie suffisante.
  • Récipients ou linges humides sur les radiateurs ou dans le piano.
  • Protéger la pièce du soleil et des surfaces vitrées trop importantes.

Il existe des systèmes de régulation :

Protection insecte :
  • En général, en cas d’utilisation régulière, pas de problème : le mouvement de la mécanique, la frappe des marteaux, les vibrations font qu'ils ne prennent pas logis.
  • Sinon placer de l’antimite.

Chauffage au sol : c’est un danger pour le piano, en l’asséchant exagérément.
  • Placer un isolant entre le sol et le piano.
  • Le surélever pour éviter un contact direct.
  • Installer un système de régulation hygrométrique dans la pièce ou dans le piano.