L’accord permet au piano d’extérioriser au mieux son potentiel de richesse et puissance sonore, en le maintenant à une tension adaptée et si possible la plus constante possible dans le temps.

pour amener un piano à son optimum, outre les réparations liées à des conditions extérieurs défavorables, l'accordeur va utiliser son savoir faire dans 3 domaines:
 
L'ACCORD :
tendre les cordes et les caler à la bonne tension pour un bon équilibre, une justesse des notes. Un accord est toujours dévolu à se déstabiliser dans le temps avec plus au moins de rapidité (utilisation, entretien, conditions extérieurs)
A réaliser au moins un fois par an
Semestriellement en cas d’utilisation « tranquille »
Chaque trimestre si intensif
A chaque concert.

L'HARMONISATION :
consiste à piquer le feutre des marteaux avec une fine aiguille et / ou les poncer afin d’homogénéiser la richesse du timbre sur l’ensemble du clavier : cela demande savoir faire et doigté...
A réaliser quand devient évident un défaut dans la couleur de frappe de certaines notes.


RÉGLAGE :
opérations pour obtenir une mécanique la plus précise possible ; il y a jusqu'à 35 réglages par notes, multiplié par 88 notes = 3050 interventions…
Aussi c’est un travail long et délicat qui est à réaliser tous les 5 ans environ, fonction de l’utilisation, des conditions extérieures, de la qualité du piano, de la perfection mécanique demandée par le musicien.
Un instrument présentant des défauts de réglages flagrants, va perdre en qualités et possibilités expressives, voir présenter des signes d'usures prématurés.


Le « LA » de  RÉFÉRENCE :

Il est accordé à partir d’une référence : le LA3 à  440 Hz (soit 440 vibrations par seconde).

Ceci afin de trouver un dénominateur commun de justesse quand plusieurs musiciens jouent ensemble. Cette fréquence à beaucoup changée au cours du temps (d’ailleurs le DO ou le FA servait aussi parfois de référence).

On trouve une variation d’environ une quinte au fur et à mesure du temps (1511 SCHLICK un LA à 377 Hz = FA# et en 1636 MERSENNE un  LA à 560 Hz = DO#, en passant par celui de MOZART : 422 Hz soit ¼ de ton inférieur à aujourd’hui).

Plusieurs diapasons pouvaient coexister en même temps :
Le diapason de cour (élevé : brillance des instruments) et celui de chapelle (plus bas : pour le chant).

En Angleterre, par exemple, jusqu’aux années 1930  deux références existaient (435 Hz et 452 Hz).

En Italie du sud, à l’époque baroque le LA = 432 Hz et à Venise LA = 460 Hz.

Actuellement la référence internationale est de 440 Hz (depuis 1939 et confirmée en 1953).
 
Aussi selon les époques et leurs utilisations, les instruments étaient construits en vue d’un optimum de richesse sonore, selon des références différentes :

Ex :      Stradivarius créait ses violons autour d’un LA à 432   

            Steinway en 1879, un LA à 457

            Les instruments à vent actuels, un LA à 442


Il est à préciser également que l’accord varie selon la température et le type d’instrument : cas extrême pour un instrument à vent
  • à 10°C = 433 Hz
  • à 20°C = 440 Hz
  • à 25°C = 444 Hz                                             

 

LE TEMPÉRAMENT :

Pour faire simple, les empilements d’intervalles justes (soit de quintes, soit d’octaves) ne sont pas possibles sans correction arbitraire.

De même si l’on veut des accords parfaits (ex DO-MI-SOL) le plus juste possible, nous aurons pour une note donnée des hauteurs légèrement différentes (ex un Sib sera différent d’un LA#), ceci influant la  richesse sonore.

Aussi  faudrait il  non pas 13 touches par octaves (DO à DO) mais le double,

ou proposer  un accord entre les notes légèrement faussé, permettant un compromis acceptable :

Le système à tempérament égal (Sib = LA#) est accepté par tous aujourd’hui.
Dans les siècles passés, nombre d’autres échelonnements ont existé et sont réutilisés actuellement pour les musiques de ces époques.

 
L’ACCORD :

La référence se situe entre 440 et 442 Hz (référence des instruments à vent actuellement, à 20°C).

Plus le piano gardera un accord stable, meilleur sera sa richesse sonore et sa longévité.

Il  est accordé selon un compromis (en quelque sorte faux) afin de s’adapter à toutes les tonalités.

Pour les musiques anciennes (du coup avec soit clavecin, piano-forte ou orgue) le LA choisi est assez souvent 415 Hz soit 1/2 ton inférieur à notre "LA" 440.

Par un accordage régulier :

Le piano apportera son potentiel de richesse au diapason pour lequel il a été conçu.

L’accordeur va par un réglage propre à chaque piano, installer un équilibre sonore le plus riche possible.

Plus les variations de tensions sont limitées (donc desaccordage), moins le piano se « fatigue »,
          > Meilleure sera la qualité sonore de l’instrument dans le temps
          > Meilleure sera sa capacité à tenir l’accord


Pour un bon accord, il faut :
  • Trouver le compromis idéal pour une justesse et une richesse sonore souhaitée, équilibre différent pour chaque piano.
  • Ajuster et stabiliser la tension de chaque corde (pour éviter tout glissement intempestif après l’accord).
  • Réussir à caler chaque cheville afin quelles puissent maintenir la tension choisie (n’oublions pas : 75 kg par corde voir 120 kg parfois).

Les problèmes d'accord :

Il est des situations où malgré toute la science du meilleur accordeur, celui-ci va se trouver limité, voire démuni dans son travail devant certaines situations :
  • Des chevilles trop serrées ou trop lâches (problème de sommier) : difficulté d’ajuster la tension voire définitivement impossible sans une rénovation « lourde ».
  • Un instrument mal entretenu ou mal protégé : sonorité détériorée, risque de rupture des cordes notamment, des ressorts, blocage de la mécanique ; parfois ça passe, parfois ça casse…
  • Des cordes « fausses », dû à une oxydation, à leurs fatigues, à un instrument mal protégé. Ces battements impossibles à enlever peuvent parfois être contrés par une « sensible tricherie » de la part de l’accordeur sur les cordes de la même note.
  • Un piano dont la tension des cordes à chutée : quand il est envisageable de réinstaller la tension pour laquelle il à été conçu , il faudra du temps et plusieurs accords avant de le stabiliser.